Détendre sa pratique

L'été est déjà bien amorcé, les beaux jours et le temps pour jouer aussi. Rien de tel pour recommencer à jouer, progresser et pourquoi pas repartir sur des meilleures bases.

Mais voilà, des fois on se crispe mentalement ce qui rend le jeu et la progression plus lente. Vous savez bien de quoi je parle, oui exactement de ce satané exercice qui ne rentre pas comme il faut - un doigt qui ne va pas au bon endroit, une corde qui résonne à vide, etc. Comment dépasser cette frustration ? Erf...il n'y a pas de réponse magique ni de one best way (pour les valeureux lecteurs qui ont des bases en économie ou en gestion !).

Je crois que pour résoudre une partie du problème il faut se poser des questions sur sa pratique de l'instrument, ce que je vous propose d'aborder et de dégager ici, du moins commencer à en dégager et ensuite discuter de quelques points qui sont trop souvent oubliés.

Pourquoi je joue de la guitare ?

Première question importante n'est-ce pas ? Vous pouvez jouer pour des tas de raisons, par exemple moi j'ai commencé à jouer pour éviter de m'ennuyer chez moi...et puis c'est devenu une passion, une nécessité. Et maintenant...c'est un rite, une habitude qui me procure du plaisir, sans contrainte.

Si votre but est de devenir professionnel alors je crois que cette question est d'autant plus importante et doit être plus creusée. Ce n'est pas mon cas mais cette perspective peut changer des tas de choses !

Pourquoi ai-je une crispation ?

Avoir des crispations sur le moment n'est pas quelque chose de mal en soi, très loin de là. C'est même un moteur de motivation, cherchant à chasser cette crispation, cette frustration momentanée.
Par contre elle n'est pas saine quand elle pousse à l'abandon, l'arrêt plus ou moins long voire des petites crises de nerfs.

Le mythe de la performance

Vous me direz que cela n'est pas nouveau : nous vivons dans une société qui requière de la performance, partout et en tout temps. En musique aussi ce phénomène est présent, trop présent et cela en partie à cause de YouTube.
Que voit-on principalement sur YouTube ces temps-ci ? Des vidéos ultra-produites et éditées de performances incroyables ou de play-through pas enregistrés en même temps que la vidéo. Qu'est-ce que cela change ? Les pains n'existent plus alors qu'ils sont normaux et font parti de la pratique normale de la guitare.
Cette surabondance de guitaristes qui ne font pas de pains modèle tranquillement notre façon de jouer : tout doit tout le temps être parfait.

Mais...on a le droit d'apprendre et de faire des pains, c'est même le principal du temps de jeu pour la majorité des guitaristes.

Le masquage des heures de travail

Autre problème : on ne sait pas combien de temps de travail à été nécessaire pour atteindre ce niveau ou cette prise parfaite.
Prenons quelqu'un comme Rick Graham, il est tout à fait normal qu'il shred comme personne et très facilement, le monsieur a au moins 20 de pratique à haut niveau...Il serait idiot de se comparer à lui et espérer réussir les mêmes performances.
De même, ce que l'on peut voir n'est pas nécessairement fait en une prise...qui sait combien de prises ont été nécessaires ? Dans le cas de Rick Graham c'est moins pertinent car il inclut souvent des ratés mais cela reste une phénomène existant.

Pour conclure

Tout cela pour dire : Amusez-vous, faites des pains et essayez de corriger cela plus tard ! Ce n'est que de la guitare, rien d'autre.
Nous avons tous le temps de nous améliorer, rien ne sert de se presser et de se crisper pour rien.